La lecture quotidienne

Le double message des Tomahawk

In français on 2011/03/25 at 23:34

Qui ne se réjouirait de voir la fin du régime de Muammar Kadhafi ? Hormis quelques alliés iraniens ou vénézuéliens, peu de monde. Et pourtant, l’intervention occidentale engagée le 19 mars est pleine d’ambiguïtés et risque de se terminer par un non-lieu. Reprenons le fil. Entre le 2 mars, date du début des représailles du dictateur contre la rébellion, et le 17 mars, jour où le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1973, il s’est passé deux semaines qui ont permis à Kadhafi de reprendre son souffle et de se préparer. Et encore, à cause du président Sarkozy qui voulait absolument réunir tout le monde à l’Elysée et envoyer ses avions le premier au-dessus du sol libyen, l’intervention fut repoussée de deux jours (au grand dam des diplomates britanniques, selon The New York Times). On a ainsi eu droit in fine à une démonstration de force sans risques, puisque l’armée libyenne est notoirement sous-équipée.

Kadhafi, sans doute réfugié au désert, dans le sud de son pays, attend la suite. Les déclarations des alliés laissent une petite chance à la diplomatie. Ce serait le plus sage. Comme le dit No-río, notre dessinateur qui vit dans le nord du Japon, non loin du séisme, mieux vaudrait aider les Nippons et d’autres peuples dans le besoin que de poursuivre une guerre devenue sans but.

via Le double message des Tomahawk | Courrier international.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: