La lecture quotidienne

Une école pour célébrer l’intégration réussie

In français on 2011/04/04 at 19:36

La Regenbogenschule est une école privée qui a ouvert ses portes l’été dernier. La première classe compte neuf élèves. Ils sont tous enfants d’immigrés, deux d’entre eux ont des mères allemandes. L’école est soutenue par la Plate-Forme académique de Fribourg, une association fondée par des immigrés turcs.

A la Regenbogenschule, les cours sont dispensés en allemand. D’ailleurs, l’institutrice est allemande. Une fois par semaine seulement, Özdemir enseigne le turc aux enfants, car beaucoup ne l’ont jamais appris. Pour eux, c’est un dilemme : nombre d’entre eux n’apprennent vraiment bien ni leur langue maternelle ni l’allemand. Et pourtant, lance Kemal Türk, 40 ans, membre du bureau de la Plate-Forme académique, “nous sommes en Allemagne depuis plus longtemps qu’Angela Merkel”. Une boutade, mais qui en dit long sur l’état d’esprit des fondateurs de cette école. Kemal travaille chez un grossiste de produits turcs à Fribourg et son patron, Züriya Selvi, 42 ans, est lui aussi membre de l’institution. Comme d’autres commerçants turcs de la ville, Züriya a contribué à rendre possible l’ouverture de l’établissement en faisant un don.

Ces hommes font exactement ce que toutes les sociétés attendent de leurs immigrés : ils s’investissent. Cela n’a pas empêché les préjugés de fuser. Le journal Stuttgarter Zeitung a un jour titré : “L’islam sous le signe de l’arc-en-ciel ?” [Regenbogen, le nom de l’école, signifie “arc-en-ciel”], tandis qu’un autre journal, le Schwarzwälder Bote, dans un article intitulé “Entre intégration et islam”, évoquait un “lien supposé” de l’association avec Fethullah Gülen, un prédicateur turc qui vit aux Etats-Unis et prêche pour “la construction d’écoles, parce que des mosquées, il y en a assez”. Les adeptes de Gülen le considèrent comme un des rares modèles en matière d’éducation parmi les musulmans. Les autres estiment que son seul objectif est d’islamiser les sociétés occidentales. Quoi qu’on pense de Gülen, une chose est sûre : il n’y a pas d’enseignement de l’islam à la Regenbogenschule.

“Investir dans l’éducation de nos enfants nous oblige à dépenser moins d’argent pour nos propres besoins”, commente Hafize Dogan. Pour que leur fille fréquente l’école, cette femme et son mari paient 270 euros par mois. Mais ils ont choisi cet établissement parce que la prise en charge des enfants est meilleure, et leur sécurité aussi. Ils pensent également qu’à l’école publique leurs enfants auraient moins de chances de réussir. On peut estimer que leurs motivations sont exagérées ou peu pertinentes, mais il reste que ces gens ne sont ni des résistants à l’intégration ni des marginaux. Ils accordent juste une grande importance à l’éducation de leurs enfants et à la société dans laquelle ils vivent.

via ALLEMAGNE • Une école pour célébrer l’intégration réussie | Courrier international.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: